Amplitude (2016 – Playstation 4)

AMPLITUDE

2016
Studio : Harmonix Music Systems
Editeur : Harmonix Music Systems
Genre : Jeu de rythme
Multijoueur : Oui
Joué et testé sur : Playstation 4
Existe sur : Playstation 4

Synopsis : Amplitude est un jeu de rythme proposant une vingtaine de morceaux et pouvant se jouer à plusieurs.

Les jeux de rythme ont souvent la vie dure sur console. Si l’on retire de l’équation les gros succès que furent Guitar Hero et Rock Band, et leurs accessoires vendus à des prix faramineux. Alors oui, il y a bien quelques jeux de rythme de niche, comme les jeux Hatsune Miku, ou bien entendu les jeux de rythme Persona, mais pas de quoi se relever la nuit face à un genre finalement peu représenté. Mais pour ceux qui comme moi fouinaient le catalogue de la Playstation 2 à l’époque, un titre aura marqué, et surtout ne nécessitait aucun accessoire. Une manette et c’était parti. Ce jeu, c’était Amplitude. Un jeu de rythme se jouant à la manette et avec une Playlist endiablée. Du Freezepop, Blink 182, David Bowie, Symbion Project, Garbage, Pink, et même du Slipknot. Un jeu sur lequel j’avais passé de nombreuses heures, jusqu’à maîtriser mes morceaux préférés en mode difficile, malgré le nombre de touches et la vitesse de défilement parfois folle. Mais la Playstation 2, c’est loin. Heureusement, le studio derrière le jeu, Harmonix Music Systems, après une campagne de financement réussie, a relancée sa saga, sortant en Janvier 2016 (purée, déjà 3 ans) un reboot d’Amplitude. Le même système, les mêmes commandes, de nouvelles chansons, le tout un peu plus beau et fluide pour coller avec les standards du moment. Est-ce que en 2016, la sauce prend autant qu’en 2003 ? Et bien dans le fond oui totalement, la seule différence viendra de la Playlist. On préférera l’ancienne, ou la nouvelle, question de goût.

Et j’admets sans honte, j’ai largement préféré l’ancienne playlist, celle du jeu original. Aucun doute d’ailleurs que le développeur aurait bien aimé nous fournir l’ancienne Playlist, en plus de la nouvelle, comme le prouve la présence du morceau Synthesized de Symbion Project (bon, ça tombe bien, c’était un des morceaux que j’adorais jouer à l’époque), et la présence d’un autre morceau du groupe Freezepop. Mais que voulez-vous, les droits musicaux, c’est quelque chose de compliqué. Mais bon, parlons peu mais parlons bien. Amplitude en soit est un jeu extrêmement simple. Un vaisseau armé de trois canons avance sans s’arrêter. Devant nous sur la piste, des petits boutons, et il faudra appuyer dans le bon rythme sur les boutons afin de valider la note, marquer des points, et pouvoir continuer. Le joueur utilise, au choix, les boutons L1, R1 et R2 ou cercle, triangle et carré pour valider ses notes. Mais la grande différence en comparaison de Guitar Hero, c’est que le joueur ne contrôle pas qu’un seul instrument, non. Il va falloir, une fois une zone détruite, se servir du stick pour partir rapidement à droite ou à gauche, vers l’instrument suivant, pour continuer la chanson, et ainsi lancer un combo. Une fois une zone terminée, elle se détruit tout simplement et le joueur passe à la zone suivante.

Ça semble tout simple comme ça, mais rassurez-vous, Amplitude est loin d’être simple et contient une bonne dose de challenge. Même en restant d’ailleurs dans les difficultés plutôt « sympathiques », certains morceaux s’accélèrent tout simplement énormément et la difficulté monte. En fait, c’est simple, il va falloir mine de rien faire très attention aux morceaux joués, et se plonger dans le rythme pour passer d’une ligne de batterie avec un rythme bien spécifique (et souvent plutôt cool pour cet instrument) à une ligne de guitare, de basse ou de synthé avec un rythme radicalement différent et bien plus rapide. Le but, outre le fait de finir les morceaux, sera bien évidemment de faire le moins d’erreur possible. Pour cela, il va falloir ne pas rater de notes, et tenter de ne jamais briser le combo, qui vous offre un multiplicateur de score. Le joueur va donc à la fois devoir garder un œil sur les prochaines notes à venir, mais également déjà jeter un œil sur le prochain instrument possible, car parfois, les enchaînements ne laissent que peu de temps, peu de marche de manœuvre, et il va falloir être au taquet quand la ligne suivante a une note d’entrée de jeu. Et encore une fois, passer parfois d’un instrument lent à un autre ultra rapide peut déstabiliser. Surtout qu’étonnement, les rythmes lents ne sont pas pour moi. Je rate parfois des notes dés que le rythme se pose, venant me perturber, alors que je maîtrise parfaitement les rythmes effrénés.

Il y a ici une trentaine de morceaux, et pour tous les débloquer, il faudra donc faire en priorité un pseudo mode histoire, avant de pouvoir rejouer les morceaux comme vous le souhaitez avec une partie rapide. Pseudo mode histoire oui. Nous devons compléter 15 morceaux en se servant d’un traitement Amplitude OS sur le cerveau d’un patient. Bon, rien de poussé ni rien, plus un prétexte qu’autre chose. 15 morceaux donc pour la campagne, et 15 autres morceaux par la suite, pour un total de 30 pistes. Ce qui peut paraître peu face à la concurrence façon Guitar Hero, mais pour le bas prix au lancement de 20 euros, rien d’alarmant au final. Surtout que le joueur qui va maîtriser le jeu pourra alors retenter les morceaux dans une difficulté bien plus élevée. En y regardant de plus près, il y a même plus de morceaux que dans le Amplitude original de 2003. Mais le gros point faible pour moi, c’est bel et bien la tracklist, moins inspirée que l’opus original. Moins variée également. Là où le jeu original se permettait parfois de sortir de manière surprenante du genre électronique, Amplitude version 2016 fonce en plein dedans et ne va jamais en sortir. Il y a également moins de morceaux marquants ou avec un rythme effréné.

Même pour les joueurs n’ayant pas connus le jeu original, le manque de variété pourrait être un petit frein pour se lancer dans l’aventure d’Amplitude. Pourtant, malgré cette déception sur les morceaux, Amplitude m’aura donné ce que j’attendais de lui. J’aurais retrouvé le gameplay nerveux du jeu original, certains morceaux m’auront beaucoup plu, me forçant à les refaire dans des difficultés plus élevées pour les maîtriser parfaitement (et avoir ce sentiment de satisfaction après avoir réussi). Certains morceaux malgré ont une difficulté qui vont en calmer plus d’un, et même dans le mode histoire, il ne sera pas rare de passer d’un niveau à une difficulté normal à une chanson beaucoup plus rythmée et aux notes doublées. En réalité, pour réussir à Amplitude, outre le fait bien entendu d’apprécier les morceaux, c’est de ne plus réfléchir, de river ses yeux sur l’écran (ce qui est utile dans tous les jeux il est vrai), et de laisser ses doigts faire le boulot. Ça semble bête dit comme ça, mais il est arrivé que je réussisse un morceau dans le mode de difficulté Avancé uniquement une fois que j’ai arrêté de réfléchir, et mes doigts agissaient pratiquement tout seuls. Alors oui, Amplitude c’est bien, le jeu a été bien pensé, est fluide (heureusement pour un jeu de rythme), contient des morceaux géniaux, mais de manière générale, la playlist déçoit comparé au jeu original.

Les plus

Un excellent jeu de rythme
De la difficulté
Quelques excellents morceaux

Les moins

Une playlist peu variée
Quelques morceaux décevants
Par moment, la difficulté s’emballe

En bref : Amplitude, je l’attendais de pieds ferme, étant un fan du jeu de 2003. Si la playlist est moins variée et les morceaux en général un peu moins prenants, le plaisir est là malgré tout et il y a de quoi faire avec ses 30 morceaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s