Mad Max (2015 – Aventures)

MAD MAX

2015
Studio : Avalanche Studios
Genre : Aventures
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : PS4
Existe sur : PS4, Xbox One, PC, Mac
Support : un disque

Synopsis : Max, ancien policier et conducteur chevronné, essaye de survivre dans le désert hostile et sans fin, fuyant son passé et rongé par la vengeance. Attaqué par les Warboys et laissé pour mort, il est sauvé par Chumbucket, qui va l’aider à se venger et à fabriquer la voiture parfaite, sa Magnum Opus.

Comme beaucoup, Mad Max Fury Road avait été un choc lors de sa sortie. Plusieurs visions et rien à faire, le film est toujours aussi démentiel, fou, jouissif. J’avais profité de l’occasion d’ailleurs pour me refaire la trilogie originale (enfin, je dois toujours me motiver pour revoir le 3), et dans l’engouement, paf, voilà que Mad Max le jeu vidéo pointait le bout de son nez en Septembre 2015. Je l’avais reçu, day one après une petite précommande sur Amazon, une semaine après la sortie d’Until Dawn. Mad Max est, car c’est la mode, un jeu dans un monde ouvert. Pourquoi pas, après GTA, après Watch Dogs, avant Final Fantasy VX. L’idée de déambuler dans un désert de sable fin et hostile sans fin a de quoi faire saliver. Faire ronronner son moteur, utiliser son turbo, s’engager dans de mortelles courses poursuites, tirer au fusil à pompe sur le conducteur de la voiture d’à côté alors que l’on s’apprête à éviter un ravin. Puis finalement attaquer une base, sortir de son véhicule après avoir fait tout exploser pour continuer à pieds, s’engager dans un combat au corps à corps, frapper, parer, achever. Tout ça pour récupérer un peu d’essence et pouvoir enfin poursuivre sa route, récupérer quelques pièces détachées et espérer pouvoir améliorer son véhicule avec ça. Quelques pièces pour améliorer les suspensions, changer les roues pour mieux déraper. Voilà le quotidien promis par le jeu. Est-ce que le jeu tient ses promesses ? Dans le fond oui.

Mad Max le jeu délivre absolument ce qu’il nous vend, et ce dés le début de l’aventure où l’on se retrouve seul dans le désert, sans véhicule, sans armes. On avance, et après avoir rencontré notre allié Chumbucket, nous voilà en quête de vengeance. Le jeu se décompose en plusieurs petites zones ouvertes, qui une fois l’accès à toutes débloquées, nous offre une map relativement énorme. Énorme de sable, avec quelques bases, quelques pièges, mais surtout beaucoup de sable, beaucoup de routes, beaucoup de dunes. Certes parfois, le sable est blanc, parfois bien doré, parfois c’est plat, parfois on se croirait dans un grand huit. Ah et pour varier les plaisirs, on a la nuit, le jour, des tempêtes plutôt méchantes qui nous balancent tout plein de trucs à la gueule. Mad Max en met plein la vue et veut rendre son monde ouvert varié malgré la difficulté dés le départ du désert en monde ouvert. Dans la pratique, même si le jeu séduit durant les premières heures, c’est autre chose. Si le jeu parvient à plutôt bien retranscrire dans l’univers de Mad Max des éléments de gameplay que l’on a déjà vu ailleurs, on a malgré tout parfois une petite sensation de déjà vu. Oui, la conduite est rythmé, souvent jouissive, on se sert du turbo, on détape, on a des armes, Chumbucket est souvent avec nous et donc pourra nous offrir de nouvelles armes, comme un lance-flamme et j’en passe.

La conduite est très arcade et après un mini temps d’adaptation, on s’éclate. Les phases à pieds et en particulier les combats rappelleront beaucoup le système des jeux Arkham (les Batman) ou Sleeping Dogs (très bon jeu en passant). On frappe avec deux boutons, on pare au bon moment avec un troisième indiqué à l’écran, on fait des combats, et puis voilà. Instinctif, mais un brin répétitif, car… et bien j’y arrive. Si les premières heures de jeux sont franchement jouissives, que l’univers Mad Max est respecté et qu’il est bon de conduire dans un monde dévasté, la promesse d’un monde ouvert se retourne alors contre le jeu. Car au final, durant les environ 30 ou 40 heures nécessaires si l’on veut finir le jeu à 100%, et bien on ne va faire que conduire d’un point A à un point B, en éliminant en voiture quelques concurrents un peu trop collants, avant de s’arrêter à une base, l’infiltrer, tout faire exploser, finir tout le monde à coups de poings, puis refaire le même schémas. Car oui, il faudra capturer les bases, pour capturer les zones, puis passer à la suivante jusqu’à ce que tout soit capturé. Quelques missions plus importantes essayent de changer la donne, en nous faisant protéger une base par exemple, ou en nous forçant à trouver des passages souterrains, mais basiquement, le cheminement restera le même.

Mais qui dit monde ouvert dit quêtes annexes. Et oui, le jeu regorge de contenu annexe, mais à ce niveau là, c’est rapidement le même constat, c’est ultra répétitif. On avance sur la carte à la recherche de notre objectif, et au choix, on détruira une tour, on désactivera deux ou trois mines, ou on achèvera un gang d’ennemis qui traîne dans le coin. C’est tout ? Oui c’est tout. Ce genre de missions, pour chaque nouvelle zone dans laquelle on atterrira. Et comme à quelques exceptions près, beaucoup de zones se ressemblent, et bien Mad Max est VRAIMENT répétitif. Pas désagréable, mais l’engouement de la découverte, l’excitation des premiers pas laisse rapidement place à une routine un peu trop bien huilée (vous captez ? Huillée… dans un jeu où l’on doit créer une super voiture… Ok je sors). Surtout qu’une fois que l’on a vraiment bien assimilée chaque mécanique de gameplay, le jeu ne propose pas de véritable challenge en soit, à part peut-être quelques missions un peu plus corsées et un peu plus longues. Alors oui, Mad Max est très plaisant, conduire dans ce monde désertique provoque au départ son petit effet, il assimile plutôt bien un gameplay varié venant d’un peu partout, mais aussi plaisant soit-il, il se fait trop vite répétitif. Du coup, oui, plaisant, on le termine, puis on l’oublie. Pour un jeu adaptant un film, pas si mal ceci dit.

13

Les plus

L’univers Mad Max
Gameplay varié, en voiture, à pieds
Simple à prendre en main, plaisant à jouer
Un gigantesque monde ouvert

Les moins

Mais un monde ouvert trop vite répétitif
Un gameplay peu original
Peu de challenge

En bref : Malgré de très bons points, Mad Max n’est pas un grand jeu. Il est fort sympathique, et on le finira même s’il est assez vite répétitif, autant dans son gameplay, son évolution narrative que dans ses missions secondaires.

2 réflexions au sujet de « Mad Max (2015 – Aventures) »

  1. Eric Lemattre

    Dommage qu’il soit répétitif c’est clair… Perso j’en ai marre des jeux où les missions et quêtes annexes se suivent et se ressemblent… (coucou Ubisoft). D’ailleurs je m’étais beaucoup intéressé à Mad Max (avant le lancement du blog) mais finalement j’y ai tiré un trait.

    J'aime

    Répondre
    1. Rick Auteur de l’article

      J’ai la chance (ou clarté d’esprit) d’avoir très souvent évité les jeux Ubisoft depuis des années, donc je ne suis pas très familier avec cet éditeur/développeur. Je n’ai jamais touché un Prince of Persia, ni un Splinter Cell, ni un Assassin’s Creed… Par contre j’ai beaucoup aimé leur jeu South Park et attend le nouveau avec impatience, et de Far Cry je n’ai touché que le 3 et son DLC (qui me brossait dans le sens du poil, nostalgie années 80 oblige).
      J’avais touché au premier Watch Dogs, qui comme ce Mad Max, était très répétitif et m’avait assez ennuyé au final.
      Si tu veux prendre ma critique de Mad Max pour ton blog hein haha 😉

      Aimé par 1 personne

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s