Alone in the Dark (1992 – Survival Horror)

ALONE IN THE DARK

1992
Studio : Infogrames
Editeur : Infogrames
Genre : Survival à la française
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : PC
Existe sur : PC – Mac

Synopsis : Alone in the Dark sur PC est un survival-horror qui vous propose d’évoluer dans le mystérieux manoir de Derceto, peuplé de créatures démoniaques. Vous incarnez au choix le détective Edward Carnby ou Emily Hartwood, nièce du propriétaire, pour percer les mystères de cette inquiétante demeure.

Beaucoup considèrent Resident Evil comme le premier Survival Horror, ce qui est, nous venons de le voir, totalement faux. Parmi les connaisseurs, beaucoup considèrent pourtant Alone in the Dark comme le premier du genre. Sweet Home développé par Capcom se rapproche pourtant du survival horror malgré son aspect RPG. En vérité, l’aspect horrifique provient plus de Sweet Home tandis que l’aspect graphique, avec vue en 2D précalculée et personnage en 3D évoluant dans les angles de caméra provient d’Alone in the Dark. Resident Evil quand à lui sera le premier jeu à utiliser le terme de survival horror, et surtout, de sublimer les différents aspects des deux précédents jeux. Bref, Alone in the Dark !

Petit projet indépendant chez Infogrames, le jeu prend la forme d’un jeu d’aventure où l’on doit explorer un manoir pour en trouver la sortie. Oui, un manoir, encore et toujours. L’aventure n’est pas de tout repos puisque le manoir sera envahit par divers monstres, zombies et créatures géantes. Néanmoins, les combats sont souvent mis de côté, il y a toujours un moyen de contourner les ennemis ou de les éliminer de manière intelligente. Dès les premiers instants, Alone in the Dark distille une ambiance captivante. Pourtant, autant ses monstres que ses musiques ne feront pas vraiment peu, mais l’ambiance créée est excellente en tout point. Approcher du manoir alors que la caméra est située à la fenêtre de celui-ci sur laquelle une main squelettique est posée fait immédiatement son petit effet. Les musiques, peu flippantes, ni même atmosphériques, sont excellentes. Les angles de caméras de ce genre sont une première et donnent immédiatement l’impression que l’on est surveillé, en permanence. Contrairement à bon nombre de titres qui sortiront par la suite, le joueur évolue avec peu d’informations, peu de background, et cela créé une atmosphère étrange et mystérieuse.

Nous pourrons bel et bien en apprendre plus en lisant des livres, mais ce n’est pas une obligation pour le joueur. Les monstres ne sont pas véritablement effrayants comme dit plus haut, mais apparaissent aux moments où l’on ne s’y attend pas forcément. On pourra évoluer dans un salon vide et ouvrir une porte pour retourner dans le couloir et se retrouver face à un mort vivant. Aujourd’hui, on se replonge dans l’aventure avec un vrai plaisir nostalgique, malgré des décors aux couleurs toujours semblables (vert et marron seront les couleurs du jeu) et un personnage cubique au possible. La maniabilité se fait pourtant sans accroche encore aujourd’hui, et on pestera plus sur les déplacements très lents du personnage. Avec un peu de dextérité, le jeu pourra à présent se terminer en une heure environ, ce qui n’est dans le fond pas si mal pour l’époque.

 

Les plus

Une belle ambiance

Les angles de caméras

L’exploration du manoir

Les moins

Des lieux parfois trop classiques sur la fin

Vite répétitif lorsque l’on joue seul

En bref : Graphisme top pour l’époque, innovations pour le genre, bande son excellente, Alone in the Dark est un jeu culte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s